Pénélopages

Un blog exploratoire en reliure et papier japon

plus

19.7.2015 Silhouette: que découper? Quels paramètres de découpe?

Voir l'intro

Du papier, du vinyl, du carton fin, bien sûr mais aussi... du papier à paillettes/strass , du flock, du carton cannelé, des tissus, des feuilles aimantées ("papier magnétique adhésif").

J'ai découpé dans du vinyl de récup, celui qu'on utiliser pour protéger étagères: lame 4, épaisseur 26.

NB. Valeurs à vérifier régulièrement, puisqu'elles sont fonction de l'affûtage de la lame. Vitesse: je ne note pas, ça dépend du dessin.

 

Vinyl de récup, vieux comme la rue, tout plissé. Faut pas rêver: aux plis, il faudra couper...

Pour le tyvek en feuilles, j'utilise lame 1épaisseur 12

Mon ami le tyvek: papier "plastique" ne donnant pas l'impression de l'être, indéchirable mais coupable, imperméable à l'eau mais perméable à l'air, ne passe pas en laser dans le format que j'ai acheté mais supporte tous mes autres traitements, comme l'impression de gravures en pointe sèche ou lino (sera exposé dehors, subira les intempéries), comme de la peinture à l'aquarelle (donnant un effet très lumineux et structuré). Je l'utilise pour les pochoirs en céramique, pochoirs qui doivent supporter beaucoup d'humidité. Je l'utiliserai pour les parties de livres qui doivent être souvent manipulées, pliées, etc. (les pop-ups).

J'ai testé la découpe de pochoirs dans des transparents 3M qui restent du bureau (plus personne ne fait de présentation par projecteur). J'ai utilisé lame 2, épaisseur 16, double découpe.

J'ai testé du carton cannelé maison, assez fin pourtant: échec sur toute la ligne. Je reviens à vous après un appel téléphonique à mon fournisseur, Philippe Jacques de NCS/Magisign.


cartons cannelés qui n'ont pas passé le test; en outre, il glissait sur le tapis de coupe lors de la coupe. Faut-il un tapis spécial "matières épaisses"? J'ai testé la découpe dans le sens du papier et dans le contresens

J'ai testé du papier coton fait main: OK en épais et en moyen; mais impossible en très fin (30g). En épais: lame 5, épaisseur 16. En très fin, je teste bientôt une solution à l'américaine.

 

J'ai testé le papier japonais coton très fin (30g) monotypé en encaustique. Parfait, la cire l'ayant durci.


Je garde tous ces essais dans un petit cahier.
Dans mes notes, j'indique la vitesse entre parenthèses

Les kisscuts (?FR?xx) des pointillés pour les boîtes: j'ai tout testé, mais quand la matière pour boîte est fine (les monotypes sur papier japonais ou le tyvek), même l'épaisseur 1 avec lame 1 passe au travers du papier. or je voudrais des entailles, pas des coupes... J'ai vu sur des sites américains des boîtes en carton pourtant avec des plis inacceptables: troués.

Coup de fil instructif avec Philippe Jacques: il y a une technique particulière pour un résultat pro. Je la résumerai dans le billet sur les boites xx.

J'aurais voulu couper de la mousse, pour pouvoir empiler deux ou trois couches et faire mes tampons maison. A étudier encore. Premier essai: nul.

J'ai testé des chutes de papier peint texturé fibreux (style tissu): à recommencer, pas de succès. Je ne connais probablement pas encore assez les paramètres.

Découper des tissus  avec la silhouette

Je comptais acheter une deuxième lame, dédiée aux tissus. Les silhouette academies et autres indiquent qu'il ne faut pas nécessairement acheter l'outil de découpe « Spécial tissu » (embout bleu), car c'est la même lame mais dans un porte-lame de couleur différente pour pouvoir repérer plus facilement. Erreur! Merci à Philippe Jacques encore, qui affirme que le tranchant est différent.

L'essentiel, comme pour les paires de ciseaux, est d'en avoir une paire dédiée papier, l'autre dédiée couture.

Il faut rigidifier le tissu pour pouvoir le découper. On peut acheter l'apprêt pour tissu de Silhouette, ou simplement employer du thermofusible classique, celui qu'on utilise dans nos autres projets de couture.

Quand j'ai la fibre « écolo des bois », je n'utilise même pas ces adjuvants : j'encolle le dos du tissu au spray d'amidon, que je fais moi-même bien sûr. Robin de bois un jour, robin des bois toujours ! Et puis, c'est très pratique : après lavage, tout l'apprêt disparaît. Souplesse en vue.

J'utilise pas mal de tissus fins, diaphanes. Astuce pour les découper sans les encoller, que je tiens de Kelly du blog Findtimetocreate: les coller sur le tapis de coupe, superposer une feuille de « contact paper » (autocollant ordinaire). Découper, décoller, et voilà.

C'est chez elle que j'ai appris que pour éviter que les découpes ne crollent (terme bruxellois pour gondoler), il faut les détacher à l'envers! C'est-à-dire renverser le projet sur le plan de travail, et ôter le tapis de coupe du projet plutôt que l'inverse, qui est le geste naturel.

Suite