Pénélopages

Un blog exploratoire en reliure et papier japon

plus

30.11 PVA ou Planatol BB?

Pourquoi employer la planatol BB plutôt que la pure PVA (colle à bois) en reliure ?

On imagine bien que la Planatol comprend des additifs de viscosité, de conservation, de durabilité (elle est archivale).

Quelles sont les autres différences et pourquoi la Planatol en particulier ? Splications chez http://www.mekatronicsinc.com/machines/pva_history_terms.pdf, document qui présente aux relieurs américains les avantages des colles « européennes » (ils vendent l'Ultraflex).  

L'auteur différencie les homopolymères (adjuvantés "en externe") des copolymères (adjuvantés "à cœur"), les seconds étant choisis par le consensus américain depuis longtemps alors que les premiers, privilégiés par les relieurs européens, s'avèrent plus solides à terme, gardent leur qualité de souplesse dans le temps et assurent le minimum de retrait par rapport au substrat. Ils sèchent aussi plus vite que les copolymères, tout en étant moins imperméables que ces derniers, ce qui est un avantage en reliure artisanale : nettoyage des outils !  

Une émulsion pure de PVA sans plastifiant deviendra dure et cassante en mûrissant, ce que les fabricants corrigent en ajoutant des plastifiants. Il est capital que le volume de plastifiant ajouté soit inférieur à 15% . Marque Ultraflex tm 4056 : 7.5% ; Ehlerman LB-Supe r : 9% ; Planatol BB : 10%.

NB. J'achète la PVA à 9 € le litre à la droguerie Le Lion à Bruxelles xx  pour mes travaux de bricolage; la planatol BB coûte le même prix au kilo chez un semigrossiste comme Delbo en Flandres et 18 à 21€ selon les autres magasins de détail. Chez S2i Digital S2i Digitalpar exemple, +- 12,5€/kg ttc si on achète par pot de 5,5kg.

La Planatol Elasta est réversible, on peut la mélanger à une colle d'amidon faite maison, mais je ne vois pas pourquoi ? On utilise la colle d'amidon quand on veut la réversibilité, que vient ajouter l'Elasta si ce n'est un petit trou dans le budget déjà si compromis d'un artisan d'art ?

Pour les couvertures de livres ou mes pages de garde caraboudchées, j'utilisais au début la colle vinylique PVA mêlée de pigments (équivalent au Caparol, sans les additifs de conservation). Cela me donnait de beaux glacis transparents.

(photo Polyvine.be)

Entretemps, lors d'un stage à l'Atelier du Livre à Mariemontxx, Denis Grégoire m'a conseillé de passer au  vernis acrylique  de Polyvine, qui ne présente pas le défaut de mon premier médium : un peu collant sous le doigt. Il coûte +- 20€ le litre. 15-20m2/litre. C'est une "émulsion polymethyl methacrylate"(comme le plexiglass?). Voir pdf pour la MSDS.

L'autre vernis que j'utilise, le Lascaux, est un acrylate pur.

Les deux s'utilisent en glacis acryliques:

Ils s'ajoutent aux peintures acryliques quand je peins sur des surfaces trop lisses, qui manqueraient d'accroche

Essais de collage papier encaustiqué sur carton planatol/PVA


résultats après 2 ans: ça se déchire dans tous les cas, pva ou planatol. Réessayer avec la planatol BB.

Idem avec le papier de garde à l'huile