Pénélopages

Un blog exploratoire en reliure et papier japon

plus

20.9 "Papier à la colle" à l'huile - pages 1 & 2

 

 

Pour une inspiration de ce type de travail au rouleau, voir la vidéo " Monotypes, Pin-Press and Zentangle® " par Junanne Peck. J'utilise le même setup, soit un rouleau par couleur, une couleur par plaque. Je roule directement sur la feuille, je ne monotype pas. 

les papiers huile du 30.8

J'ai mélangé des encres aquawash de charbonnel (jaune rouge bleu) et de l'huile blockx (vert pomme et coq de roche). Je dessine au rouleau (un peu au couteau). L'huile blockx s'étend très bien au rouleau, je pourrai l'utiliser en lino. Encore à tester en taille douce au prochain cours de gravure. Nettoyage facile car le fait de mélanger l'huile blockx aux aquawash les rend nettoyables à l'eau. Beaucoup de savon de Marseille bien sûr (très alcalin, avec le reste d'huile sur les couteaux et plaques, il fait savon).
Ici, j'ai fonctionné à l'envie du moment, pas de préparation, travail à l'huile au rouleau en direct sur papier Bio Top (tant pis si mes papiers sont abîmés en 2115). C'est le 120gr que j'utilise à l'intérieur des cahiers (bio comme son nom l'indique). Je n'utilise plus le papier kraft 120g car la peinture s'écaille parfois dessus (en tout cas le medium que j'utilisais avant, soit pva diluée et pigments, soit pva et colle à tapisser et pigments, soit colle à tapisser et acryliques). Il donnait aussi un côté superraide aux couvertures de carnets.
Les quelques marques sur les feuilles: peinture plus diluée, au pinceau à travers mailles. Traits: au couteau.

Les photos sont félones (mais qu'attendre d'un téléphone portable?), car les couleurs sont en réalité somptueuses. Dire que j'ai attendu tout ce temps pour me permettre Blockx. Je ferai de meilleures photos quand ces papiers seront devenus des carnets.
 

    

J'ai souvent demandé à l'atelier de reliure pourquoi on n'utilisait pas traditionnellement l'huile pour les papiers à la colle, les couleurs seraient plus chatoyantes, le toucher plus sensuel. Pas de réponse. Parce que ça s'encollerait moins bien à la reliure? Autre raison? Paresseuse que je suis, j'avais pourtant la réponse, j'aurais pu réfléchir: l'huile attaque le papier à la longue (sur des décennies mais bon), tout comme il rongerait la toile ou les tissus. Raison pour laquelle on protège par du gesso. Comment font les artistes de papier marbré qu'on utilise pour les pages de garde? Je ne vois sur internet personne qui les protège? Une seule artiste les traite au sulfate d'alun avant?

 

12.9 reliure "papier à la colle" à l'huile - page 2

1.9 J'ai souvent demandé à l'atelier de reliure pourquoi on n'utilisait pas traditionnellement l'huile pour les papiers à la colle, les couleurs seraient plus chatoyantes, le toucher plus sensuel. Pas de réponse. Parce que ça s'encollerait moins bien à la reliure? Autre raison? Paresseuse que je suis, j'avais pourtant la réponse, j'aurais pu réfléchir: l'huile attaque le papier à la longue (sur des décennies mais bon), tout comme il rongerait la toile ou les tissus. Raison pour laquelle on protège par du gesso. 

Et là surgit une autre question: mais comment font donc les producteurs de papier marbré pour papiers de garde? Je n'ai lu nulle part qu'ils protégaient le papier? Or ils travaillent à l'huile... Je vais poser la question chez dotapea.

10.9  Protection shellac clair

Le 5.9, j’ai fait de  la «polissure incolore» (terme de la droguerie Le Lion pour cette solution, chez eux l’éthanol s’appelle « alcool à polir ») ; càd shellac et éthanol dans un récipient, remué chaque jour, après cinq jours c’est prêt, je laisse la cire dans le fond du bocal. J’ai utilisé cette fois-ci les flocons de shellac « blond » de chez Boesner, ça donnera peut être un fond plus incolore. Sinon, je le teindrai avec du blanc (teinture alcool ou titane broyé). Autres solutions d'encollage: colle de peau de laptin, pva diluée, gomme arabique; mais tous sont à base d'eau -> gondolage.

NB 21.9 : indeed, le shellac est quasi transparent désormais; j'ai testé à côté d'une couche de shellac au titane: on ne voit même pas de différence sur le papier (le Bio Top 120g).  J'ai enduit aussi le papier Kraft de shellac au titane pour une base plus lumineuse.

12.9 Essais de roulages à l'émulsion huile

La texture de la peinture pour roulade (une de mes techniques pour les pages de garde, au rouleau à encrer) n'est pas celle pour pinceau. Par ailleurs, je veux travailler en émulsion pour la facilité de nettoyage des outils. Je testerai les émulsions pour les roulages en ajoutant un peu de carbonate de magnésium quand ça ne se donne pas bien. Voir les résultats des tests page du 15.9

  • 1/ émulsion cmc :  1 vol d’huile de lin lavée par mes soins (½ à 2 selon les sources), 2 vol cmc pour une forme de crème; diluer 1/1 avec les peintures Blockx
    Mon test préalable: j'avais peint des A3 de Bio Top à l'émulsion huile/cmc (méthycellulose), qui se dilue à l'eau et sèche en une demi-heure. Mon dosage devait être au pif, car l'effet était très sec, rugueux même. J'ai ciré à la cire saponifiée après que le carnet était fait (pour que la cire n'empêche pas l'encollage). Dois encore retrouver les photos, car le carnet est parti en cadeau.
  • 2/ émulsion gélatine : 1 vol d’huile de lin lavée   1 vol de colle de gélatine ; diluer 1/1 avec les peintures Blockx
  • 3/ tempera grassa : 1 jaune d’œuf et le même volume d’huile, fouetter le tout en mayonnaise ; diluer 1/1 avec les peintures Blockx
  • 4/ émulsion caséine :  3ml d’huile  de lin lavée, 3ml de dammar dense, 30ml de solution caséine; diluer 1/1 avec les peintures Blockx
  • 5/ transparent Akua ou Aquawash  ; diluer 1/1 avec les peintures Blockx:
    voir résultats en photos 1 et 2  - tous deux faciles à nettoyer, Aquawash ont mis six jours à sécher; Akua bien PLUS de six jours! En fait, j'avais oublié que akua sèche par absorption et non par évaporation; avec la couche de shellac, je l'empêche de sécher -> ingérable en reliure, colle encore aux doigts après dix jours ET de larges auréoles de graisses au dos. OUBLIER akua, OK aquawash (mais que je ne rachèterai pas vu le prix au litre: 160 euros...)

6/ mélange peinture Blockx avec huile lavée et craie (une forme de putty à la Tad)

  • Pour cela, je prépare une nouvelle dose de cmc : 125ml eau bouillante et 10g de cmc. ça prend en dix minutes. Ne pas chauffer.

  • Je prépare aussi une dose de farine d’amidon, parce que le cmc est pas vraiment écolo: diluer 1 cuill. s. d'amidon Rémy dans un fond d'eau tiède pendant qu'on fait bouillir 100ml d'eau. Mélanger les deux, remettre sur le feu très bas (4 chez moi, sans dépasser 65°C) et cuire encore cinq à sept minutes jusqu'à épaississement. ça ressemble alors à de la gélatine crayeuse. J'ajoute une goutte d' H. E. de girofle. Le mélange conserve quelques semaines.

  • Je prépare une dose de gélatine pour émulsion : 125ml d’eau bouillante et 1,5 cuill. S. de gélatine en poudre
    NB. ½ cuill. S. de gélatine en poudre selon la recette de Modot. "Too much gelatin and too little water results in cracking and cleaving of the dry paint film, too little gelatin results in a powdery paint film when dry. " Pour l'avoir testée, OK en détrempe avec 1/2 gélatine et 1/2 pigments. Mais trop liquide pour être utilisée en émulsion huile -> 

  • Je prépare une dose de caséine (minime car désormais je jetterai tous les trois jours les restes, mon grenier sent le rat crevé maintenant c’est malin) selon ma recette SC4 : 4g de caséine en poudre diluée une nuit dans 2cc d'eau déminéralisée, puis ajouter 3,5g de chaux ; ajouter tout de suite 1/2 louche d'eau déminéralisée  (1/10è de litre).

13.9 Tyvek

Mes prochains essais: sur du tyvek (ou reemay, celui que je trouverai en plus petit format que des rouleaux de 50 mètres, comme chez Kremer). Le tyvek sert d'isolant dans les maisons, c'est respirant. ça résiste à toutes les déchirures, ça se coud, ça se peind (mais ne se crayonne pas), c'est souple pour les petits coins de reliure, c'est pas garanti archival mais je ne vise pas ça dans les livres d'artiste ou les carnets, ça s'imprime en inkjet (pas laser, quoiqu'il paraît que ça supporte 175°C?). Super aussi pour les découpages, car il se coupe au stanley/scalpel mais ne se déchire pas facilement, en fait pas du tout. Mes pochoirs complexes pour l'encaustique ont trouvé leur maître.  Je l'utiliserai aussi, je crois, comme fond de mes sacs (plutôt que de les cirer pour les protéger, car on dépose son sac partout...). Je ne ferai pas fondre le tyvek au chalumeau comme c'est la mode chez les quilteuses américains, je trouve ça hideux de chez I2. Je l'utiliserai aussi en onglet et à la place de l'étamine pour dos en reliure. Voir vidéo de démo : "Watch a Demonstration of DuPont™ Tyvek® Fabric" - microporosité / abrasion /

On n'est alors plus dans l'écolo locavore, mais bon je ne vais pas être absolutiste non plus.

Au passage, une vidéo amusante sur comment réinterpréter le temps (tyvek aidant): http://vimeo.com/33896599#
l'effet visuel est suuuuuper, c'est un vrai renouvellement de cliché.

Exemple d'aquarelle sur tyvek

14.9 Cirer papiers à la colle

Ce soir je voulais cirer les projets de papier à la colle, que j’ai faits à la pva+pigments  il y a deux mois et que je trouve un peu sec/mats/tristes. C’est idiot, heureusement que j’y pense à temps et que je m’empêche de le faire. Je n’aurais plus pu les utiliser en reliure. Comment les coller, en effet ? -> Je les cirerai après les avoir intégrés dans un carnet. Principe : chauffer le papier au décapeur thermique, encaustiquer à la carte ou au pinceau. Très peu. Chauffer à nouveau pour étendre. Sécher. Polir après une journée.