Pénélopages

Un blog exploratoire en reliure et papier japon

plus

28/8 "Salt etch" et "cupric etch" de Nik Semenoff  - sur alu zinc  et cuivre

26.8 Mon installation pour eaux fortes au grenier.

Pour alu et zinc: Salt Etch (SE)

Le bain de ferric chloride utilisé par Filip et la mouvance Grafiskexperimentarium ne PEUT pas être employé pour alu et zinc.

Je le remplace par le Salt etch de Nik Semenoff :

  • dans 2 litres d’eau du robinet, j’ai ajouté 200g de sulfate de cuivre anhydre (tous mes achats droguerie Le Lion), 300g de sel de table ordinaire, 5gr de bisulfate de sodium : l’eau devient bleu-vert.  Je le conserve dans un récipient plastique de récup, couvert. 
  • Je n’ai toujours pas remplacé ni regénéré le bain, même quand j’ai vu avec horreur des dépôts rougeâtres solides ; en fait ils se rediluent. J’ai déposé des bouts de céramique dans le fond, pour que la plaque ne soit pas en contact avec les sédiments.
  • Le pH est très bas au début, il remonte.
  • Dans six mois, il faudra regénérer le bain en le nourrissant de la même recette, tout simplement. Je l’oxygène régulièrement. Quand je devrai m’en débarrasser sans polluer l'environnement, je retournerai sur le site de Nik lire la procédure. On traversera ce pont en son temps.
NB Le bisulfate de sodium sert d’acidificateur et remplace l’acide sulfurique qui éviterait des dépôts d’hydroxyde d’alumine – voir détails sur http://homepage.usask.ca/~nis715/salt%202011.html. Le bain fonctionne sans, mais moin bien.

A coté, sur l’étagère, se trouve

  • le même type de récipient avec de la lessive de soude à 10%, que je remplace régulièrement – aussi couvert ;

  • et le même type de récipient avec le désoxydant pour désoxyder entre les retrempages : 1l de vinaigre d’alcool blanc et 4 cs de sel ordinaire

Je peux utiliser de petits récipients plastique car je ne fais que des tests. Quand et si je passe à plus grand, je me poserai la question des bacs de photographe.

Dos des plaques : j’oublie toujours de les protéger avant de les tremper. Je les ai toutes peintes à la gomme laque. Une couche de vernis lascaux ne suffisait pas. Protéger au rouleau de tape : quelle consommation, seigneur ! et puis si on oublie de les retirer, l’encrage est catastrophique. Alors qu’un coup d’éponge sur du shellac, c’est rien.

Rayon cancan : je préfère nommer cette solution « Salt Etch », comme Nik l’a intitulée depuis le début. « Saline Etch » est le nom utilisé par Kiekeben & Cie, qui ont un bien grand défaut à mes yeux : ils oublient de remercier papie Nik au passage !

Pour cuivre :Copper Salt Etch? (CSE)

On ne peut pas utiliser la première solution Salt Etch 1 pour le cuivre, hélas.

Je ne veux pas de perchlo chez moi, j'ai déjà tant de potiquets.

J'ai préparé le cupric chloride etch de Semenoff tel que revu par Alfons Bytautas, qui peut mordre le cuivre (plus lent que ferric chloride mais j’ai le temps). Il me reste quelques plaques du stage chez Filip.  

Le Salt etch est une solution bleue, de sulfate de cuivre. En ajoutant du bisulfate de sodium et de l’eau oxygénée, elle devient verte, c’est du chlorure de cuivre. On rajoute régulièrement ces ingrédients pour entretenir le bain. Eau oxygénée : on pourrait laisser un petite pompe d’aquarium pour oxygéner ?

Recette d’Alfons Bytautas, que j’ai adaptée pour mes essais. Mélanger (125g de bisulfate de sodium dans 1/2l d’eau, densité 1.16) + (175g de sel dans 1/2 l d’eau, densité 1.885) + 200ml d’eau oxygénée 12%. Ajouter 200g de sulfate de cuivre. Densité devrait être 1.2609, sinon ajouter jusqu’à 100g sel et 50g de sulfate de cuivre.